La constitution du troupeau

Partie 1 : Débuter avec 4 ânesses, pourquoi ?

Gaïa et sa fille Masha

Ça faisait longtemps que je pensais à écrire ici, mais je ne savais pas trop par quoi ni par où commencer...

Alors pourquoi ne pas commencer par le commencement, et vous raconter toutes les "petites" galères qui ont marquées notre première année et la constitution de notre troupeau ?

Allons-y...

Il faut savoir que notre premier souhait était de débuter l'élevage avec le moins d'animaux possible. Car oui, même si nous voulions limiter le nombre de naissances à une ou deux par an, la production de lait nécessite de faire naître des petits... Le troupeau allait donc bien assez grandir par lui-même ! 

On a donc réfléchi aux contraintes et au conditions qu'il fallait respecter pour que nos premiers animaux soient le mieux possible. 

Tout d'abord, il faut savoir que la gestation de l'ânesse dure longtemps (très longtemps...), le plus pratique semblait donc de se procurer une ânesse suitée (c'est-a-dire déjà accompagnée de son ânon) pour avoir du lait tout de suite. Il fallait aussi prévoir une naissance pour l'année prochaine, et donc se procurer une ânesse déjà gestante dont le terme serait prévu pour le printemps 2023.

Gypsy

On aurait donc pu s'arrêter là me direz-vous : il suffisait d'en mettre une à la reproduction par an et le tour était joué... Sauf que :

- La traite nécessite de séparer l'ânesse de son petit pendant la journée : il était hors de question que l'un(e) ou l'autre se retrouve seul(e) et sans compagnie durant ce temps...

- Le fait de remettre à la reproduction une ânesse qui vient de "travailler" et de nous donner du lait pendant un an, sans lui laisser un peu de repos, ça ne nous convenait pas du tout.

Pour ces deux raisons principales, il nous fallait une troisième ânesse (non suitée et non gestante) qui permettrait qu'aucun animal ne se retrouve seul les jours de traite, et que chaque ânesse puisse se reposer une année pour sevrer son petit naturellement avant une nouvelle saillie...

Voilà, en gros, notre cheminement de pensées pour arriver au nombre de 4 ânesses. Nous avons donc eu le bonheur d'accueillir en août 2022 Gaïa et sa petite Masha, Gypsy gestante d'environ 6 mois, et Châtaigne que l'on prévoyait de mettre à la saillie au printemps 2023 ! 

Malheureusement, quasiment rien ne se passera comme prévu...